Kaizen, effet Kiss Cool garanti

Le double effet … il serait dommage de s’en priver

 

kiss_cool

Schmurk et Blemish :
C’est p’t’être un p’tit peu fort pour toi …

 

Allez, ne résistez pas plus longtemps …
cliquez sur l’image pour revoir la pub de

 

Schmurk et Blemish

 

Chaque fois, c’est la même chose …

 

 

Ils me font rigoler !

 

Comme l’expression populaire le dit : “Y a pas de mal à se faire du bien

 

Eh bien, c’est pareil avec le Kaizen !

 

Mais quel rapport entre Kaizen et Kiss Cool ?

 

Il y a deux similitudes …

 

 

La première, c’est que les deux commencent par un “K”.

Je sais cela n’apporte rien à l’article, mais j’aime bien vous faire mariner un petit peu. Je suis joueur … 😉

Plus sérieusement, le vrai rapport entre les deux est le double effet, ou, autrement dit, “le second effet Kiss Cool

 

Mais au fait Kaizen, c’est quoi ?

kaizen-ideogrammes

 

Pour faire simple, le Kaizen c’est l’amélioration par petits pas, tous les jours, par tout le monde

En cela, il s’oppose au changement radical (par rupture ou par percée) dont nous sommes friands, nous, occidentaux.

Ce n’est pas une méthode, c’est un état d’esprit. Le Kaizen permet d’aller « plus loin » sans gros investissements, alors qu’un changement radical est souvent coûteux et pas toujours efficace.

Vous souhaitez en savoir plus ? Je vous renvoie sur la, page Wikipédia du Kaizen.

Vous souhaitez approfondir ? Je vous recommande la lecture de Gemba Kaizen, le livre de Masaaki IMAI (le fondateur du Kaizen Institute).

 

Kaizen, c’est simple, c’est cool

 

Dans le Bourgeois Gentilhomme, Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir.

Vous faites probablement tous les jours du Kaizen sans le savoir

Chaque fois que vous améliorez , que vous réparez, que vous fluidifiez votre processus ou que vous formez quelqu’un, vous êtes dans l’esprit Kaizen.

 

Mais attention !

 

L’esprit Kaizen n’est pas le mode pompier !

 

Il ne faut pas confondre. La caractéristique du mode pompier est qu’il ne résout pas les problèmes. Le pompier se charge d’éteindre l’incendie, mais ne se préoccupe pas d’éradiquer les causes du feu.

A l’opposé, Kaizen, c’est chercher à améliorer la situation, mais surtout, chercher à éviter qu’elle ne se redétériore. Ne pas oublier, comme tous les outils du Lean, son âme est le PDCA.

 

Mais il est où le second effet Kiss Cool ?

 

Dans votre organisation, il y a des problèmes; des gros et des petits.

Les gros problèmes sont souvent complexes et relèvent bien souvent de causes racines multiples et profondes (généralement liées au système de management).

Les petits problèmes, eux, sont souvent faciles à résoudre par des actions simples et immédiates sans investissements conséquents.

Or Kaizen s’applique à tout, partout, tout le temps. Il est donc aussi valable sur les petits problèmes.

De plus, n’oubliez pas, “les petits problèmes d’aujourd’hui seront les gros de demain”.

Alors, pourquoi ne pas s’entraîner au Kaizen sur des petits soucis, les irritants, qui “gonflent” les personnes qui créent la valeur ajoutée, tous les jours sur le terrain?

 

Il est là votre second effet Kiss Cool !

 

Appliquez Kaizen sur “du facile”, du “presque insignifiant” vous permettra
d’apprendre l’état d’esprit Kaizen, mais surtout, de le montrer, de le faire
partager et de le diffuser tranquillement, paisiblement, sereinement

 

Améliorer un petit processus qui ne représente que 1 % de votre production ou de votre CA ?

 

Que risquez-vous à essayer ?

 

 

Stop au bla-bla, un exemple de terrain

 

Je suis intervenu il y a quelques mois dans une entreprise pour effectuer un “diagnostic & conseils” Lean.

Parmi tous les problèmes que nous avons pu relever sur le Gemba (terrain), nous avons identifié la nécessité de mettre en œuvre un Kanban sur des séries qui tournaient régulièrement.

Nous avons aussi identifié un problème de moindre importance, concernant l’approvisionnement de certains cartons d’emballage. Pour faire simple, le format de carton utilisé était fonction du volume d’articles commandés. Une commande de deux articles consommait deux cartons unitaires, une commande de 18 consommait deux cartons “pour 10 pièces” et une commande de 90 consommait un carton “pour 100 pièces”.

Les consommations étant aléatoires, afin d’éviter les ruptures, il était nécessaire de faire un inventaire tous les mois avant de passer commande des différents formats.

Une gestion simple des appros de cartons par Kanban pouvait améliorer la situation. Elle a été mise en œuvre immédiatement et est en cours de test.

Une fois familiarisé avec un flux Kanban sur les cartons d’emballage, il sera plus facile à cette entreprise de mettre en place un Kanban sur certains de ses flux de production.

 

Vous le voyez maintenant le double effet Kiss Cool ?

 

1) Améliorer la situation (à court terme)

2) Diffuser l’état d’esprit Kaizen en apprenant à améliorer sur le terrain (learning by doing) et capitaliser ce savoir faire pour libérer les énergies qui sommeillent (à moyen/long terme)

 

Nota : Oui, “améliorer”, ça s’apprend, et ce n’est pas toujours intuitif, notamment si l’on veut sortir du mode pompier

 

 

 

 

Et vous, de quoi êtes-vous fan ? De Kaizen, de Schmurk, ou comme moi, des deux ?

 

kiss cool schmurk

Schmurk par Ich & Kar

 

 

Taggé , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

5 réponses à Kaizen, effet Kiss Cool garanti

  1. Ping :Kaizen, effet Kiss Cool garanti | Lean manageme...

  2. Ping :Le Lean serait-il devenu “Has Been” ? | Au fil du Lean ...

  3. Ping :Lean : Time Is Money, Kaizen Aussi | Au Fil Du Lean ...

  4. Ping :Connaissez-vous la vérifinite aiguë ? | Au fil du Lean ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *