La pression a changé de camp

Mais de quelle pression parle-t-on ?

 

Biere pression

 

Et voilà ! Je le savais. Vous avez l’esprit mal tourné… 😉

 

Comme je ne suis pas politiquement correct, je ne vous dirai pas que “l’abus d’alcool est dangereux pour la santé”.

Vous remarquerez que toutes les campagnes de prévention portent sur “l’abus d’alcool est dangereux”, pas sur “l’alcool est dangereux”. Ah mais oui, c’est vrai !!! J’oubliais que l’alcool en France est un monopole d’état qui rapporte beaucoup, beaucoup d’argent sous forme de taxes.

Alors, surtout continuez à boire de l’alcool régulièrement pour remplir les caisses de l’état, mais pas trop d’un coup, pour que cela ne fasse pas tache dans le décor.

Tant que vous y êtes, continuez aussi à consommer des clopes et de l’essence. Alcool, clopes, essences et radars routiers, les vaches à lait de l’état français …. GRRRRRR !!!!

Mais revenons à nos vaches … Heeeeuuuuuu, nos moutons voulais-je dire ….

Moutons

Le Génie des Alpages de F’murr … lisez-le c’est génial !!!

 

 

La pression

 

 

Il est une pression morale dont on parle peu, c’est celle exercée régulièrement par l’équipe commerciale sur l’équipe productive.

Même si elle est relativement discrète, elle peut être assimilée à une forme de Muri.

C’est presque même une tradition tellement elle est répandue.

 

 

De quoi s’agit-il ?

 

C’est un fait, je ne connais pas une seule boite dans laquelle les commerciaux ne râlent pas après la production.

La plupart du temps les griefs sont :

– Ils ne sont pas capables de sortir les pièces à l’heure et nous mettent dans l’embarras lorsqu’on doit prévenir nos clients qu’ils vont être livré en retard

– On se défonce pour aller chercher des commandes et ramener du chiffre d’affaires, mais la prod râle, car ils trouvent qu’on a mal vendu nos pièces (prix trop bas).

– On se démène pour trouver de nouveaux clients, mais la prod n’est pas capable de livrer des pièces sans défauts

– On se creuse la tête pour trouver de nouvelles pièces à faire (nouveaux marchés), mais la prod n’est pas contente, car ils n’ont jamais fait ces pièces auparavant et que cela leur prend du temps

– …

 

En un mot comme en cent :

 

La prod fait ch… !!!

 

Quels râleurs ces commerciaux, quand même !   🙂

Pourtant, je ne peux pas leur donner tout à fait tort; ni tout à fait raison d’ailleurs …

 

 

Que se passe-t-il ?

 

En fait, l’expression de ce mécontentement, de cette pression des commerciaux sur les productifs, n’est que la conséquence du fait que la production est un goulet d’étranglement dans le flux des commandes.

Goulet Etranglement

 

Dans la plupart des cas, la prod. court après le temps pour honorer les commandes passées par les clients. Elle court après le chiffre d’affaires.

D’ailleurs, la dernière semaine, c’est le grand rush, voire “la grande panique” pour facturer au maximum. Il m’est arrivé de voir des factures faites sur des commandes en cours de production voire pas encore commencées !!!

 

 

Sauf que …

 

Sauf que pour une fois … la pression a changé de camp.

Comme vous le savez, j’accompagne des entreprises (des PMEs), dont certaines depuis plusieurs années déjà.

Dernièrement, à force de travail et de réorganisation, l’une d’entre elles a beaucoup amélioré sa productivité.

Son taux de service dépasse aujourd’hui les 85 % !

Vous me direz que dans les métiers de l’automobile, ce n’est pas top. Et vous aurez raison.

Mais il faut bien prendre conscience que ces 85 % ne sont qu’une moyenne. En effet, ils ont pour client un grand nom de l’industrie automobile, et  leur taux de service (données provenant du client lui-même) était de 100 % depuis plusieurs mois.

 

Or, lorsque vous partez d’un vrai taux de service inférieur à 20 % il y a deux ou trois ans et que vous parvenez à un taux de service supérieur à 85 %, cela signifie que votre atelier …

 

“pisse de la pièce en veux-tu en-voilà” !!!!

(pardon pour cette expression pas très délicate,
… mais après tout nous sommes dans un atelier, avec du cambouis sur les mains)

 

Même s’il reste du travail à faire, le changement a été radical. Tout le monde l’a perçu; les commerciaux les premiers.

Le repère : “Le téléphone ne sonne plus !!! Les clients ne nous appellent plus pour nous engueuler. Quel plaisir !”

 

Du coup, c’est maintenant la production qui se tourne vers les commerciaux pour leur dire :

 

“Quand vous voulez, vous nous ramenez des commandes !”

 

La pression a bel et bien changé de camp !!!

 

Le goulet d’étranglement n’est actuellement plus la production, mais le service commercial.

 

Et là, ils doivent faire face à un nouveau défi. Vendre plus, vendre “nouveau”, aller chercher de nouveaux marchés …

Et ce n’est pas si simple !

 

 

Ce qu’il faut retenir

 

Une entreprise est une équipe. D’une manière générale, tous travaillent pour développer sa performance…

 

Aussi, gardons nous bien de “casser” nos collègues, car un jour …

 

le vent peut tourner et le boomerang peut revenir !

 

Retour boomerang

 

 

 

 

 

Et vous, avez-vous déjà vécu ce genre d’expérience ?

 

 

 

 

 

Taggé , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à La pression a changé de camp

  1. Marine dit :

    Ahahah! tellement vécu sur l’année 2017 où nous étions surbookés, les délais de livraison s’allongeaient pour les clients, la satisfaction, elle, baissait… les plaintes qui remontaient au service client… les plaintes qui descendaient à la prod…
    Et début 2018… « ben qu’est ce qu’ils font les commerciaux? »…c’est calme (volume)!


    • Bonjour Marine,

      je vous remercie pour votre commentaire.

      Ma grande fierté est d’avoir vécu ce que vous expliquez, mais sans baisse des commandes. En effet, c’est parce que la prod s’est mieux organisée, qu’elle n’a plus été goulet d’étranglement. Le goulet s’est alors déplacé sur le service commercial.

      Cela leur a fait tout drôle aux commerciaux de se retrouver au centre de l’attention … 😉

      Bien cordialement,

      Eric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *