La VSM (2/3)

De quoi est composée une VSM ?

 

Cartographie tableau plexi

 

 

 

Dans l’article précédent, nous avons vu ce qu’était une cartographie de type VSM.

 

 

 

Je vous ai montré deux exemples que nous avons réalisés lors de mes interventions en entreprise.

 

Or, une VSM ne comporte pas qu’une seule carte

 

Pour être complète, elle doit être composée:

  • D’un état présent
  • D’un état futur
  • D’un plan d’actions

 

L’état présent

 

L’idée est d’avoir une image réaliste du processus dans sa globalité.

 

L’état présent est un “instantané”, une photographie de la situation.

 

Or, ce caractère instantané (snapshot) pose souvent des problèmes aux débutants. En effet, il se peut qu’une caractéristique du flux relevée lors du parcours sur le terrain ne soit plus observable quelques heures après. Le processus vit et évolue en permanence.

 

Ce n’est pas vraiment important !!!

 

Ce qui est important, c’est qu’au moment de « la photographie », cette caractéristique ait existé.

 

Elle est très souvent le reflet d’un mode de fonctionnement et si elle disparaît à l’endroit où elle avait été constatée, c’est pour mieux apparaitre ailleurs dans le processus étudié.

 

L’état idéal

 

L’état idéal est l’état que devrait atteindre votre processus si l’on appliquait tous les principes du Lean (entre autres, l’élimination des gaspillages/Mudas voir aussi les 7 Mudas).

 

Ce serait, dirons-nous, l’état du processus qui donnerait la meilleure performance possible, selon notre niveau actuel des connaissances.

 

 

Cela signifie donc que pour atteindre cet état, il faudrait transformer l’état actuel …

… sans se mettre de contraintes de moyens (et donc sans contraintes financières) !!!

Merlin

 

 

En gros, j’ai une baguette magique, je m’appelle Merlin et je dessine mon processus idéal en me référant aux principes du Lean.

 

 

 

Mais à quoi sert l’état idéal s’il n’est pas atteignable ?

 

Nous sommes tous bien conscients que l’état idéal ne pourra pas être mis en œuvre, du fait des multiples contraintes qui s’y opposent (financières, organisationnelles, juridiques, de compétences, …).

Mais c’est exercice est très intéressant pour le leader de la VSM, car il est révélateur des deux choses :

 

  • Qu’est-ce que le groupe appris et retenu des principes du Lean ? Cela montre donc le niveau de maturité du groupe.
  • Quel est l’état d’esprit, mais aussi les schémas mentaux et croyances des personnes qui font l’exercice. Cela montre les limites auxquelles nous nous confrontons nous-mêmes et les barrières que nous nous imposons.

 

 

L’état futur


(parfois aussi appelé VSD pour Value Stream Design)

 

L’état futur est l’état que l’on peut atteindre de façon pragmatique.

 

Nous l’avons dit plus haut : les ressources matérielles, financières et humaines de l’entreprise ne sont pas infinies …

… et c’est tant mieux !!!

 

Mon propos peut paraitre contradictoire, mais l’esprit Lean c’est aussi améliorer la situation sans utiliser d’investissements lourds.

L’état idéal montre la direction. Pour l’état futur, la question à se poser est :

 

En partant de l’état présent et en souhaitant progresser vers l’état idéal, …

… que puis-je faire tout de suite ?

 

De la réponse à cette question naitra votre état futur.

L’état futur est “touchable du doigt”; l’état idéal, lui, reste une “vision”.

 

 

Warning

Mais attention, qui dit pragmatisme, ne signifie pas “peu ambitieux”. L’état futur doit être ambitieux et se positionner “un peu au-delà” de ce que vous croyez pouvoir réaliser.

 

Et c’est parce que l’état futur est atteint (voire très souvent dépassé), que vous vous mettrez à y croire.

 

Surpris d’avoir dépassé les objectifs qui au départ nous paraissaient inatteignables, on réfléchit et l’on s’ouvre alors à … un horizon de tous les possibles

 

Le plan d’action

 

L’état idéal montre la direction; le chemin qu’il faut suivre.

L’état futur montre l’objectif à atteindre.

 

Jusque-là nous sommes d’accord. Mais comment atteindre cet état futur ? Quelles sont les étapes ? Quels sont les jalons ? Quels sont les délais ?

 

C’est le rôle du plan d’actions que de répondre à toutes ces questions

 

Le plan d’actions, c’est “l’escalier” qui vous fait passer de l’état présent à l’état futur. Il vous servira aussi à suivre l’avancement du projet. Ce plan d’actions doit au minimum contenir les trois éléments :

 

  • Quoi : c’est l’action à effectuer
  • Qui : c’est la personne qui prend la responsabilité de l’action à effectuer
  • Quand : c’est le délai prévu pour lequel l’action doit être réalisée et terminée

 

La stabilisation

 

Une fois les objectifs de l’état futur atteint …

 

… il faut faire vivre votre nouveau processus

 

Pour qu’il se rôde, qu’il “se fasse”, qu’il “mûrisse” et enfin, pour qu’il se stabilise.

 

En un mot comme en cent :

 

Il est nécessaire que l’homme s’adapte et s’habitue à cette nouvelle organisation

 

Une fois stable, ce nouveau processus (nouvelle organisation) deviendra le standard.

 

Cette phase est très importante et malheureusement trop souvent négligée.

 

Il n’est pas rare, dans certaines entreprises, de commencer un nouveau projet à peine le précédent terminé. La frénésie des projets s’enchainant les uns après les autres donne une image dynamique à l’entreprise, mais nuit gravement à la capitalisation des savoirs, des savoir-faire et même des savoir-être.

 

Peut-on voir à quoi ressemble un état futur ?

 

Voici un exemple d’état futur (désolé pour la qualité graphique). Il correspond à l’un des états présents que j’avais pris en exemple lors du premier article La VSM (1/3).

 

Etat Futur V1S & V2S

 

Visuellement, nous pouvons remarquer la différence … il est plus simple !!!

Je reviendrai sur cet exemple dans le cadre d’un futur article (pour la catégorie Exemples de terrain).

 

Mais au fait, quel est le lien entre une VSM et l’amélioration continue ?

 

Dans la troisième partie et fin de cette série de trois articles, je vous parlerai de l’évolution naturelle de la cartographie/VSM.

 

Je vous expliquerai aussi pourquoi je reste convaincu que la VSM peut-être un excellent moyen de prendre le train du Lean.

 

Voir : Comment évolue une VSM ?

 

 

Une question, besoin d’un complément d’explication, … laissez-moi un commentaire 🙂

 

 

Taggé , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

25 réponses à La VSM (2/3)

  1. Estelle dit :

    Bonjour Mr Calmette,

    Je suis debutante en lean. Je travaille dans une PME qui a decide de mettre en place le lean et je suis chef de projet.
    J’ai les connaissances theoriques mais la pratique me fait defaut.
    Je dois realiser une VSM que je veux faire selon un mode de management participatif et je voudraais savoir a quel moment lancer une demarche lean. En effet, l’entreprise connait actuellement une baisse forte et anormale d’activite. Lancer une VSM maintenant ne serait pas une erreur? Ne serait-il pas plus judicieux d’atteindre un retour normal de l’activite de l’usine?


    • Bonjour Estelle,

      je vous remercie pour votre commentaire.

      La VSM est un « instantané » de votre flux (comme une photographie). Si vous photographiez un flux dans la situation anormale que vous évoquez, vous risquez de passer à côté d’éléments importants. Pour ma part et comme vous, j’hésiterais à faire une VSM maintenant et j’attendrais une activité plus soutenue dans l’usine. Mais vous êtes bien sûr maître de votre décision.

      Je sais combien il est difficile de lancer une démarche lors d’une baisse d’activité. Tout le monde est inquiet, et on n’a pas vraiment la tête à ça.
      Mais je sais aussi, que lorsque l’activité repart, on repasse souvent en mode pompier et “le Lean … on verra plus tard !”

      Au final, ce n’est jamais le bon moment et donc, l’entreprise ne se lance jamais dans la démarche.

      Soyez-en convaincu, ce ne sera jamais le moment !

      Je vous conseille donc de prendre le taureau par les cornes et de vous jeter à l’eau. Maintenant !

      Vous ne commencerez pas forcément pas une VSM, et alors ? Pas de soucis. Rien ne vous empêche de faire des chantiers de progrès, de lancer les 5S.
      Ces types d’actions (Chantiers, 5S, …) sont justement favorisées par une baisse d’activité.
      Cela signifie que la VSM n’est pas le passage obligé pour démarrer une démarche Lean.

      De mon point de vue, la VSM est un magnifique outil, mais elle est un peu trop à la mode dans les cabinets de conseil.
      C’est le joujou préféré de beaucoup de consultants.

      Estelle, j’espère avoir un petit peu répondu à votre question. Bon courage, … et n’hésitez pas à nous faire part de vos expériences à venir.

      Bien cordialement,

      Eric

  2. Ping :exemple de vsm

  3. michel dit :

    Mr Calmettes bonjour
    Je m’intéresse au lean et je découvre votre site.
    Comment faire sur un process qui produit plusieurs produits aux caractéristiques différentes, dans le mois.
    Environs 10 différents par mois, par quantités variant de 10 à 50, et avec des temps de cycle très variés d’un produit à l’autre.
    Faut-il faire une photo instantanée, même avec plusieurs produits en cours ?
    Michel


    • Bonjour Michel,

      je vous remercie pour votre commentaire et question.

      La VSM est un outil servant à cartographier un flux. Un flux, à l’image d’un torrent, est vivant. Vous prenez une photo et l’instant d’après ce n’est déjà plus le même flux …

      Il n’empêche que la photographie d’un torrent vous permet quand même de voir s’il est droit ou serpenté, s’il y a des obstacles (rochers) qui gênent l’écoulement, etc., etc.

      Toutefois, si votre flux passe du petit ruisseau au fleuve, vous risquez d’avoir des difficultés à le cartographier.

      La variété peut-être gérée et organisée dans un flux. Faire un peu de tout, tous les jours. Cependant dans votre cas, j’ai davantage l’impression de faire face, non pas à un flux, mais à un ensemble de productions organisées en lots et files d’attente.

      Si vous pouvez faire des regroupements d’articles (ou de familles d’articles) ayant des temps de prod similaires, alors vous pourrez peut-être identifier des flux cohérents (cela peut-être 2 ou 3 flux séparés qui empruntent de tronçons communs ou/et évoluent en parallèle).

      Dans le cas contraire … ce n’est peut-être pas l’outil VSM qui est le plus adapté à l’analyse de la situation.

      Je suis désolé de ne pouvoir vous répondre plus précisément. Il me faudrait voir vos produits et votre organisation pour
      pouvoir vous aider davantage.

      Je vous souhaite bon courage pour la suite … et n’oubliez pas, la VSM n’est pas obligatoire pour prendre le train du Lean.

      Bien cordialement,

      Eric

  4. Ines dit :

    Mr Calmettes bonjour
    je suis une stagiaire dans une entreprise d’aéronautique, et mon sujet c’est la création des VSM dans des différentes lignes de production, en fait je suis débutante, et je viens de découvrir cet outil, si vous permettez, pourriez vous me citer les étapes que je dois suivre pour créer et réussir mon VSM, et un autre point SVP, mon supérieur m’a demandé de formaliser un planning VSM pour mentionner la durée de ma tâche, j’aimerai bien savoir comment je peux procéder et sur quoi je dois me baser
    Merci, bien cordialement
    Ines


    • Bonjour Inez,

      je vous remercie pour votre commentaire.

      Je vous félicite pour ce sujet de stage très intéressant. Je ne saurais que trop vous conseiller de lire le livre qui fait référence en la matière.
      Il s’agit du « Learning to see » de Mike Rother et John Shook. Il a été traduit en plusieurs langues.

      Quant à quantifier les durées de vos différentes tâches (et même si cela concerne la VSM), je serai bien incapable de le faire sans même connaitre le contexte de vos interventions…

      Bon courage pour la suite,

      Eric Calmettes

  5. BERETE dit :

    Bonjour Mr CALMETTES avant tout merci pour vos explications.
    Je suis stagiaire dans le service logistique d’un grand magasin de l’ameublement. Mon sujet c’est de faire une vsm du process mais je n’ai que la théorie et je ne sais pas comment l’adapter sur le terrain. Est ce que je peux prendre comme poste ou sous processus: la reception, le stockage des palettes, le remplissage des places de ventes? comment pourrais-je quantifier les opérations?
    Merci d’avance de votre aide.


    • Bonjour Berete,

      je vous remercie pour votre commentaire.

      Faire une VSM dans un magasin d’ameublement, pourquoi pas ? Il n’y a pas de raison de ne pas y parvenir, puisqu’il y a un flux.

      Mais attention à bien identifier le flux. Il y a une activité de réception des marchandises, puis une activité d’entreposage (en entrepôt ou en magasin sur des places de vente, ce sont deux stocks séparés, un est visible du public l’autre non, mais cela reste des stocks ni plus ni moins), puis une activité d’expédition. Votre flux à trois activités essentielles (mais n’étant pas du métier, j’en oublie peut-être).

      Si vous avez un doute, mettez-vous à la place d’un carton / meuble arrivant de chez un fournisseur. Chaque fois que vous bougez, vous déplacez, êtes transformé (montage pour exposition en magasin), etc., c’est une activité qui donnera une Data Box dans votre VSM. Chaque fois que vous attendez, c’est du stockage et cela se traduira par un triangle dans votre VSM.

      Je vous souhaite bonne réussite pour votre VSM.

      Bien cordialement,

      Eric

      • BERETE dit :

        Le but de la VSM étant d’identifier les gaspillages dans mon cas quels sont les muda possibles que je pourrai identifier? en sachant que le stock n’est pas vu comme un muda vu qu’on a besoin de ça pour atteindre un bon taux de service.
        Dois-je faire la vsm sur une reference ou sur tout le processus du magasin?

        Merci de m’aider mon stage et mon mémoire en dépende.


        • Bonjour Berete,

          je vous conseille vivement de lire le livre de référence sur la VSM, à savoir : Learning to see de Mike Rother et John Shook

          Vous comprenez bien que derrière mon ordinateur je ne puisse pas identifier les Mudas auxquels vous allez être confrontés.
          Par contre si vous considérez que les stocks ne sont pas de Mudas, car nécessaires … je vous suggère de revoir vos fondamentaux.

          Ce qui fait votre taux de service, c’est votre capacité à livrer vos clients “à l’heure”, pas les stocks.
          Aujourd’hui, vous ne savez le faire qu’à l’aide de stocks, parce que votre supply chain n’est pas très performante.

          Mais faire du stock pour livrer ses clients à l’heure, exception faite de certains cas particuliers, c’est très “20ième siècle”.
          Croyez-vous que les nouvelles petites épiceries de quartier type “Carefour Market” ou “U express” aient la place pour faire du stock ?
          Elles sont souvent implantées en centre-ville où le prix de m² est très cher. Pas de stock, mais des réapprovisionnements rapides
          en petites quantités (juste pour juste). Cela a été rendu possible par l’apparition du Cross-Docking …

          Je vous laisse y réfléchir … et surtout, convaincre les managers de votre magasin.

          Bon courage à vous.

          Cordialement,

          Eric

  6. Lucile dit :

    Merci pour cet article très intéressant

  7. Jeridi dit :

    Bonjour Mr CALMETTES
    Avant tout merci pour vos explications.
    je suis un stagiaire je fais mon stage pfe et je dois implanter l’outil lean VSM dans une ligne de production
    avant tout c’est une industrie de fabrication des pièces électronique et cette ligne se compose de 9 poste et les livraison sont 2 fois par semaine il y a beaucoup de muda entre les processus, stockage ou bien des non valeur ajouté en terme de temps
    pour moi je n’ai que la théorie et je ne sais pas comment l’adapter sur cette ligne de production et par quoi je dois lancer mon recherche.
    les postes sont démodé (old school) pas de des machines automatisé sauf 2 ou 3 postes
    merci d’avance pour votre aide


    • Bonjour Jeridi,

      je vous remercie pour votre commentaire et vous prie de m’excuser de ne pas avoir pris le temps de vous répondre plus tôt.

      Comme pour beaucoup de vos collègues étudiants qui me demandent comment faire une VSM dans leur usine, je suis bien ennuyé pour vous répondre sans avoir vu la ligne. Et mes articles ne sont pas une formation sur la VSM…

      Voici ce que je vous conseille :
      1) Formez-vous vraiment à l’outil. Pour cela, lisez le livre qui fait référence sur le sujet de la VSM. Il s’agit du livre « Learning to see » de Mike Rother et John Shook.Il a été traduit en plusieurs langues. Il est simple à lire et concret. Je crois qu’il est téléchargeable en Anglais gratuitement sur le Net.
      2) Comme écrit dans le livre, commencez par savoir quelles sont les références que vous allez cartographier. En gros, faites des familles pour dimensionner votre flux. Puis suivez le procédé décrit dans le bouquin …

      Je ne pourrai pas m’aventurer plus loin de peur de vous dire des bêtises.

      Je vous souhaite bon courage pour la suite,

      Cordialement,

      Eric

  8. Amira dit :

    bonjour mr Calmettes,
    est ce c’est possible de réaliser un VSM pour le processus de réclamations clients ? Et quel sont les outils de diagnostic que je peux utiliser ?
    Cordialement,

    Amira


    • Bonjour Amira,

      je vous remercie pour votre commentaire.

      Les flux offices ou administratifs sont un peu plus complexes à cartographier, car il n’y a que du flux d’information et pratiquement pas de flux physiques/matières.

      Donc pour un processus de réclamation, vous pourriez plutôt utiliser l’analyse du déroulement complétée par un diagramme Spaghetti des documents (les différents interlocuteurs entre lesquels le dossier circule). Si le dossier passe qu’une seule fois dans les mains de chaque interlocuteur, c’est déjà pas si mal. En revanche, s’il passe deux fois ou plus, cela signifie que le dossier n’a pas été « bon du premier coup ». De plus la personne concernée risque d’être un goulet d’étranglement du flux …

      Bon courage à vous,

      Eric

  9. Latifa dit :

    Bonjour M.Calmettes,
    Je suis élève ingénieur en génie industriel et j’apprécie énormément vos conseils en ce qui concerne le lean , je suis encours de préparer mon PFA au sein d’une entreprise de ventilation et d’isolation et le sujet porte sur la VSM nous sommes un groupe de quatre personnes et nous sommes débutants en lean. alors nous avons mal à suivre le flux devant une production par projet, surtout qu’ils sont récemment déménagés. Je vous prie de me renseigner d’où je peux commencer.


    • Bonjour Latifa,

      je vous remercie pour votre commentaire.

      Vous me demandez par où commencer une VSM. Je répondrais par le début !

      Identifier des références qui suivent à peu près le même parcours. Cela vous donne une famille et cette famille constitue un flux.
      Après, vous partez de l’extrémité du flux la plus proche du client (souvent le poste des expéditions des produits finis) et vous remontez le flux jusqu’aux matières premières…

      Je ne peux que vous conseiller de lire le livre qui fait référence sur le sujet. C’est « Learning to see » de Mike Rother et John Shook.
      Il est disponible en plusieurs langues et je pense que vous pouvez même le télécharger gratuitement en anglais sur le web …

      Bon courage pour votre VSM.

      Cordialement,

      Eric

  10. siham dit :

    Bonjour M.Calmettes,
    Je suis élève ingénieur en génie industriel et j’apprécie énormément vos conseils, je suis encours de préparer mon PFE au sein d’une entreprise Équipementier automobile et le sujet porte sur la gestion de flux de production, alors j’ai pensé à réaliser une vsm sur tte la ligne de production pour une seule référence. J’ai lis le livre « learning to see » il m’a bcp aider, je suis dans le stade de l’analyse et de plan d’action, j’arrive pas à determiner les points faible et identifier les Muda de mon processus. par quoi vous me conseiller?

    Cordialement


    • Bonjour Siham,

      je vous remercie pour votre commentaire et vous prie de bien vouloir m’excuser de ne pas avoir pris le temps de vous répondre plus tôt.

      Je suis bien ennuyé avec votre question.

      Vous me dites avoir lu le livre « Learning to see ». Il vous décrit pas à pas comment faire une VSM et les questions qu’il faut se poser pour passer de l’état présent à l’état futur. Le livre vous “tient vraiment par la main”. Je ne sais pas ce que je pourrais ajouter d’autre ?

      Quelques questions peut-être.
      – Votre flux est-il partout continu ou il existe des endroits où les pièces stagnent (stocks symbolisés par des triangles) ? Si vous avez des triangles, c’est du Muda d’attente et de stock, cherchez à les éliminer.
      – Utilisez-vous la notion de Takt-time sur votre ligne ?
      – Si vous utilisez le Takt-time, vos postes sont-ils équilibrés ?
      – En termes de « bon du premier coup », quel est le taux de la ligne (Muda de non-qualité) ?
      – Quel est le temps de Valeur Ajoutée (VA) et quel est le temps de traversée ?

      Essayez de répondre à toutes ces questions et suivez la méthodologie que vous trouvez dans le « Learning to see ».

      Bon courage.

      Cordialement,

      Eric

  11. chafik el kedyouy dit :

    bonjour MR.calmettes

    je suis chafik du maroc je suis un stagiaire au cycle licence mon encadrent a me demendé un VSM dans notre nouveau usine du produit alimentaire (THé) svp donné moi des informations et des conseils pour m’aider dans ce projet.
    merci
    cordialement


    • Bonjour Chafik,

      je vous remercie pour votre commentaire.

      Comme vous avez pu le lire dans les différents commentaires des articles sur la VSM, le meilleur conseil que je puisse vous donner est de lire le livre « Learning to see » de Mike Rother et John Shook.

      Il vous permettra d’apprendre à faire une VSM. Vous le trouverez traduit en plusieurs langues et est même disponible gratuitement en anglais sur le web au format PDF.
      Je vous laisse chercher pour le télécharger.

      Bon courage pour votre VSM.

      Bien cordialement,

      Eric

  12. Khaoula dit :

    Bonjour monsieur ERIC.
    Je me permets de prendre quelques petites minutes de votre temps pour vous expliquer ma situation et je vous remercie d’avance.
    Je travaille dans une entreprise spécialisée dans la traction des semi-remorques et conteneurs dans une enceinte portuaire ainsi que la manutention horizontale de ces semi-remorques dans les navires ro-ro (Roll-on Roll-off). l’entreprise ne fait qu’exploiter le terrain dans la gestion revient à l’autorité portuaire. le chef d’entreprise m’a chargé de réaliser un projet pour vocation l’amélioration de la performance du déroulement de ces opérations dans l’enceinte. est-ce que vous trouvez qu’une démarche lean fera l’affaire? est-ce que vous avez des conseils à me donner? par où commencer? quelle démarche suivre? …
    cordialement.


    • Bonjour Khaoula,

      je vous remercie pour votre commentaire.

      Il est difficile de répondre à toutes vos interrogations, tellement elles sont générales et globales. Mais je vais essayer …

      Une démarche Lean n’est pas un petit chantier de progrès réalisé comme ça pour gagner quelques pourcentages de productivité. C’est une démarche longue et profonde qui va modifier la culture de l’entreprise. Cela prend plusieurs années. C’est un véritable projet d’entreprise qui doit être initié et soutenu, supporter par le patron.

      Est-ce le cas dans votre entreprise ? A première vue, s’il vous confie le soin de mener le projet, c’est qu’il n’a pas l’air de trop se sentir concerné …

      Par où commencer ? Je ne sais pas. Cela m’est difficile de répondre. Peut-être serait-il intéressant de cartographier votre flux de container pour vous aider à identifier
      les Mudas dans le flux. Votre activité, comme toutes les autres, n’échappe pas aux 7 Mudas. Pistez-les, cherchez-les, identifiez-les … et vous obtiendrez des pistes de progrès.

      Peut-être, un diagramme spaghetti peut vous serait utile. Il permettrait de quantifier les distances de déplacement et pourrait vous aider à améliorer votre flux.

      J’espère que cette réponse vous donnera quelques pistes succinctes.

      Bon courage pour votre projet.

      Bien cordialement,

      Eric Calmettes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *