Le plus dur n’est pas de jeter …

face-grin

… mais de ne pas garder !!!

 

Poubelle bleue

 

J’aurais tout aussi bien pu nommer cet article “Le Lean à la Maison”, ou encore “Le Lean chez moi” … ou plus précisément …Smiley triste

… “Mon épouse et le Lean ça fait deux !!!

 

Mais en toute franchise, cela n’aurait été pas honnête.

 

 

 

En effet, ce qui va suivre n’est pas le résultat que de son seul fait. J‘y ai aussi participé et à ce titre, je suis autant responsable qu’elle.

En revanche ces deux exemples personnels sont très représentatifs de ce que nous retrouvons dans nos sphères professionnelles.

Smiley triste

 

Deux exemples de “Mudas d’accumulation” … dans ma maison

 

 

Ces Mudas (gaspillages) d’accumulation ( Muda de stock, voir quels sont les 7 Mudas), se trouvent un petit peu partout … chez moi, … chez vous, … chez tout le monde.

Ils sont souvent insignifiants, ne prennent pas beaucoup de place, ne nous empêchent pas de vivre …

 

Pourtant, chaque fois que nos yeux tombent dessus, … ils nous agacent !!!

Pourquoi cette réaction ? Simplement parce qu’ils nous renvoient dans “la poire” ces mauvaises habitudes qui sont les nôtres au quotidien.

Le manque de rigueur et toutes ces petites compromissions auxquelles nous cédons jour après jour.

La sensation est identique à celle éprouvée sur la balance, lorsque nous faisons un régime … que nous ne tenons pas (mes poignées d’amour savent de quoi je parle 😉 ).

 

Cela nous agace … parce que cela nous culpabilise !

 

Et il est là le vrai problème. Nous “plombons” notre moral et nous bouffons notre énergie … avec toutes ces “conneries”.

 

Le Lean, c’est aussi ça, se débarrasser de tout ce qui nous gêne et ne sert à rien, tout ce dont nous nous embarrassons au quotidien sans pour autant que cela nous aide …

Mais au fait, “débarrasser”, cela ne vous fait-il pas un peu penser au premier des 5S (la méthode 5S), le SEIRI ?

 

Stop au Bla-bla, passons aux faits !

 

Les attaches rapides des sachets de brioches

 

Vous les connaissez sûrement. Ce sont ces petites attaches, mi-métalliques, mi-plastiques, dont on se sert pour fermer les sachets de brioches ou de pain de mie.

C’est simple à utiliser et il est pratique d’en garder quelques-unes à portée de main pour éviter que les aliments ne s’éventent après ouverture du sachet.

Mon épouse et moi-même avons donc décidé d’en récupérer quelques-unes, lorsque nous finissions un paquet de brioches.

J’ai bien dit … QUELQUES-UNES !!!

 

Au fil du temps, nous les avons déposées dans un petit ramequin dans un tiroir de la cuisine.

Voici le résultat après quelques années …

mini-P1010523
mini-P1010524

 

Comme j’aime bien les FAITS, je me suis donc amusé à les regrouper par paquets de 10 pour les compter.

 

mini-P1010530

 

He bien sachez que chez nous, “quelques-unes” veut dire … … 146 attaches !!!

 

Première contremesure adoptée : J’en ai gardé 10 ! et mis les autres à la poubelle.

Seconde contremesure adoptée : J’ai montré les photos à mon épouse et aux enfants. Nous avons tous rigolé. Nous ne gardons plus d’attache lorsqu’un paquet de brioches est terminé.

 

Les tickets de caisse des supermarchés

 

Lorsque vous vous installez dans un nouveau quartier/ville, à moins d’être né Rotchild ou Rockfeller, vous essayez de comparer les prix des super/hypermarchés des alentours.

Le problème est que votre liste de course n’est pas toujours identique d’une fois sur l’autre.

Pour résoudre ce problème, nous avons donc décidé de garder quelque temps les tickets de caisse afin de pouvoir les comparer …

J’ai bien dit … QUELQUE TEMPS !!!

 

Au fil du temps, nous les avons déposées dans un petit recoin au-dessus du four.

Voici là encore ce que cela donne après quelques années …

mini-P1010529
mini-P1010531

 

Une fois encore je me suis donc amusé à en faire des petits paquets de 10 pour les compter.

 

mini-P1010532

 

Vous me croyez, si je vous dis qu’il y avait … … 251 tickets de caisses !!!

 

Le plus ancien des tickets avait … 4 ans d’âge !!!

Et le pire, c’est que nous n’avons jamais pris le temps de les comparer entre eux …

Du pur “Muda de chez Muda !!”

 

Première contremesure adoptée : J’ai tout jeté à la poubelle et j’ai nettoyé l’étagère.

Seconde contremesure adoptée : J’ai montré les photos à mon épouse et aux enfants. Nous avons encore plus ri que dans le cas des attaches. Nous avons décidé de ne garder les tickets que des deux dernières semaines (en cas de retours ou échanges de marchandises).
Toutefois, l’idée de garder “15 jours de tickets” n’est pas bonne. Ils s’accumulent à nouveau au-dessus du four. Il nous faut trouver une autre contremesure plus efficace (et plus visuelle, une boite qui une fois remplie déclenchera le tri des tickets trop vieux, par exemple).

 

Rigolez , rigolez ! Mais regardez ce que cela peut donner dans un cadre professionnel

 

Oh je vous entends d’ici sourire des deux exemples ci-dessus. Et vous avez raison, c’est amusant.

Comme quoi “Personne n’est prophète en son pays”, ou encore “ce sont les cordonniers les plus mal chaussés”, etc., etc.

Tout ça pour vous dire que nous sommes tous à égalité pour ce qui est de créer du Muda. Je suis comme vous, et comme vous … j’essaie de m’améliorer.

Mais ces deux situations drôles et sans grandes conséquences dans notre vie peuvent se révéler catastrophiques, voire même dangereuses et accidentogènes dans un milieu professionnel.

 

Il y a quelques mots, j’ai fait un chantier de progrès au sein d’un entrepôt de stockage d’une entreprise fabriquant des tissus spéciaux. Le “stock” reflète la vie de cette entreprise presque centenaire. Son développement, sa “contraction”, l’évolution des processus et procédés de fabrication, l’évolution des matières, des machines, …

Les photos ci-dessous représentent les allées de l’entrepôt avant le chantier !!!

ND1
allee 2 avant
ND2

Sur la première photo, on peut apercevoir un escabeau à roulette (en rouge) qui devait servir à manipuler les produits en hauteur. Les allées étant complètement encombrées, l‘utilisation des escabeaux était impossible et les magasiniers obligés d’escalader les étagères pour atteindre leur marchandise. Il y avait un risque manifeste de chute.

Par ailleurs, certains extincteurs étaient inaccessibles. Une visite des pompiers aurait pu conduire à la fermeture de l’entrepôt.

Je ne parle évidemment pas des surcoûts d’exploitation générés par les pertes de temps en recherches excédentaires, en déplacements (hommes + matières), et par les risques “Qualité” induits par cette situation.

Enfin, imaginez bosser dans un tel entrepôt … En terme de conditions de travail, ce n’était pas top !

 

Jeter oui, mais surtout … veiller à ne pas re-remplir !

 

Le chantier de progrès s’est construit autour de deux axes :

  • Jeter :16 tonnes de tissu soit environ 1600 “sacs” ont été éliminées !

Voici le résultat après débarras

allee 1 apres
allee 2 apres
fond allee apres

 

 

 

 

 

 

 

  • Modifier les règles (la procédure/le standard) d’entrée en stock

Procedure destruction

 

On notera au passage que l’entreprise a estimé les gains de temps (trouver un sac + ranger un sac) à environ 440 heures … tous les ans. Le chantier ayant consommé une centaine d’heures (mobilisation de l’équipe). Ne boudons pas notre plaisir …

Mais le plus important … c’est que ce nouveau standard (qui semble être correctement appliqué) a permis de maintenir les allées propres dans le temps. Plus de trois mois après la fin du chantier, la situation ne s’était pas dégradée … et des idées d’améliorations étaient à l’ordre du jour !

Je profite de ce message (je sais qu’ils vont le lire) pour féliciter encore cette entreprise pour le travail effectué.

 

Bravo les gars !!! Beau boulot!

 

 

 

 

 

Et vous, de votre côté, êtes-vous certain de n’avoir rien à débarrasser ?

 

 

 

 

 

 

Taggé , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

10 réponses à Le plus dur n’est pas de jeter …

  1. Marc Barthelemy dit :

    Bonjour Eric,
    Voici une petite astuce pour les tickets caisses ou de carte bleue:
    Récupérer une enveloppe (eh oui, il n’y a pas de petites économies!) et regrouper tous les tickets de caisses du mois dedans. Ensuite une fois le mois écoulé, la regrouper avec les autres dans un tiroir ou une boite à archive.
    Maintenant, il faut déterminer la durée. 1 an je pense que c’est pas mal, c’est la durée moyenne des garanties et ne génère pas un trop gros volume.

    Voilà pour la petite idée, un peu plus lean que de les garder au dessus du four… 😉

    Un petit conseil, bête mais qui parle de lui même. Avant de déménager, bien faire le 1er S chez soi… Ça parait bête mais tellement utile. on a tous tendance à garder ces petites choses qui peuvent être utile un jour, que l’on garde dans un coin… Sauf que le jour où l’on quitte chez soi… On en trie quelques unes… (j’ai quand même mis 2 camions à la déchetterie…) mais il en reste encore à la fin qu’on range, que l’on met dans un carton, que l’on manutentionne, que l’on transporte, que l’on re-manutentionne… pour se dire au final: poubelle…


    • Bonjour Marc,

      content de te voir ici. J’espère que tu t’habitues bien au climat Atlantique … 😉

      Pas mal ton idée des enveloppes, c’est effectivement bien mieux que de garder les tickets de caisse en “bor…” au-dessus du four.
      Toutefois, je ne partage pas ton point de vue, car tu mélanges deux flux.

      Le flux des tickets pouvant servir de preuve d’achat (notamment pour la garantie). Pour ma part, je les garde séparément et surtout, je les garde longtemps.
      En effet, si tu as besoin de faire fonctionner la garantie, tu ne dois pas chercher dans quelle enveloppe se trouve ton ticket (c’est en mars, ou avril qu’on a acheté ce truc-là ???) et donc passer en revue les tickets de deux ou trois mois. Par ailleurs, lorsque tu auras gouté aux joies d’un cambriolage, tu seras probablement heureux d’avoir des preuves d’achat sous la main (certaines assurances pouvant te rééquiper avec un appareil similaire) de ton téléviseur, ordinateur portable ou encore smartphone, … même s’ils ne sont plus aux gouts du jour et que la garantie est dépassée depuis longtemps.

      Dès lors le second flux, celui des tickets communs sans grande importance, n’a pas nécessité d’être gardé … un an. Cela signifie qu’avec seulement deux enveloppes, tu peux faire tourner “ton affaire”. Imagine … dans une enveloppe blanche, je stocke les tickets de janvier, dans une enveloppe kraft, je stocke les tickets de février. Le 1er mars, je vide l’enveloppe blanche et jette les tickets de janvier pour y mettre ceux de mars. Le 1er avril, je vide l’enveloppe kraft et jette les tickets de février pour y mettre ceux d’avril. Et ainsi de suite … Plus de boite à archive, plus de tiroir encombré avec 12 enveloppes en fin d’année … à vider.

      Bravo pour le débarras des deux camions. Ton exemple de “j’hésite, je garde, je mets en carton, je transporte, je déballe … pour finalement jeter” m’a bien fait rigoler. C’est tellement vrai, et je te rassure, je l’ai déjà fait aussi.

      Encore merci pour ton commentaire. Je vous souhaite une bonne installation … et un nouveau job très vite pour toi.

      Amicalement,

      Eric

      • GYSELINCK dit :

        Bonjour à tous,

        Je rejoins un peu Eric…

        J’ai été pour ma part un adepte pendant des années du stockage de tickets en petites enveloppes dédiées mois par mois; l’ensemble de ces petites enveloppes stockées dans des enveloppes A4 année par année et je gardais 5 ans de références… Je conserve à part les tickets liés à des achats et donc à des garanties, sinon c’était trop compliqué de les retrouver dans tout ce b….l;-). Ils sont d’un nombre faible sur une année. Même un achat par semaine lié à une garantie, cela ne donne que 52 tickets par an.

        Quand j’ai fait un commando « lean approach » il y a quelques mois de mes papiers divers et variés, sachant que je n’avais jamais rien ressorti de ces enveloppes, j’ai benné toutes les enveloppes A4.

        Aujourd’hui je stocke les quelques achats susceptibles d’être garantis et jette quasiment au jour le jour les tickets qui finalement ne servent jamais. Au lieu de faire des copies j’ai commencé à faire des scans en plus des tickets. Pas de copie papier mais juste des fichiers…

        Amicalement.

        Fred.


        • Salut Frédéric,

          décidément je ne sais plus quoi dire. Comme toi, je préfère les scans aux photocopies … mais parfois, la photocopie est plus pratique (pas besoin de créer un répertoire spécifique pour classer ce fichier … que l’on risque de ne jamais plus ouvrir).

          Ceci dit un disque dur de 2,5 pouces, ce sont des centaines de milliers de feuilles en moins.

          Je me demande ce que je vais bien pouvoir vous dire lors de ma prochaine venue … 😉
          On finira bien par trouver !

          Amicalement,

          Eric

  2. GYSELINCK dit :

    Salut Eric,

    Gagné… C’est rigolo de voir un petit bout de notre première approche Lean sur ton blog! Je transférerai aux collègues demain. Et ce résultat juste avec un A3.

    😉

    J’en profite pour te dire que j’ai fait ma gemba mensuelle aux stocks début de semaine dernière et ça continue de tenir. J’ai bien évidemment « stroké » les gars sur le terrain.

    A bientôt.

    Fred.


    • Salut Frédéric,

      je te remercie pour ce retour et je te dis un gros “BRAVO” tant pour aller “checker” sur le gemba (terrain) que pour les encouragements aux gars.
      Ces deux actions sont une forme de “reconnaissance” pour les gars de l’entrepôt et c’est l’une des meilleures façons de gagner leur implication/appropriation du sujet.

      C’est un vrai acte de management … et à ce titre, il devrait aussi être fait par leur manager direct 😉
      L’apprentissage est long … 😉

      A très bientôt sur le Gemba.

      Eric

  3. Elisabeth Calmettes dit :

    Salut Eric,
    Super ton article. Chez moi, c’est puissance 10 mais je vais m’y mettre et chapeau à ton entreprise.
    Bises,
    Elisabeth

  4. Fanny dit :

    Bonjour à toutes et à tous.
    Marrant ce blog, finalement, on s’y retrouve tous, lean ou pas lean (et non Eric, je n’ai pas encore sauté le pas…).
    Pour en revenir aux tickets servant de garantie : pensez bien à les photocopier avant de les ranger, l’encre peut parfois s’effacer très vite !
    Quant à tes enveloppes mensuelles Eric…je serais curieuse de parler à nouveau du sujet dans…allez… 10 mois ?
    Ceci dit sans aucune arrière pensée (j’ai personnellement réglé le problème par le classement vertical immédiat pour le tout venant).
    A bientôt, donc ;-))
    Bise aux Calmettes


    • Salut Fanny,

      ravi d’avoir de tes news ici. Merci pour ton commentaire. 🙂

      Oui tu as raison pour l’encre qui s’efface très vite !!! Plus vite que la garantie ! C’est magique ! A croire que c’est fait exprès.
      Aussi une photocopie peut-être une bonne précaution.

      Sinon « Comment ça mes enveloppes ? »!!! L’idée était de répondre à Marc et de souligner le fait qu’une rotation sur deux mois suffisait …
      Mais si tu lis bien mon article, j’ai dit que je préférerais une boite à vider lorsqu’elle est pleine. Non mais ! 😉

      Ceci dit, cela reste quand même moins “efficace” que ta méthode de “classement vertical dans le tout venant”.
      Je l’aime beaucoup celle-là. Je la reprendrais …

      Bise à la tribu,

      Eric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *