Les 4 phases de l’apprentissage

Apprendre, un processus sans fin …

 

 

Que serait le Lean sans cette fonction essentielle qu’est l’apprentissage ?

Rien ! Il n’existerait pas …

 

Pour devenir plus performant, il faut progresser. Mais pour progresser …

 

il faut APPRENDRE !

 

 

Mais savez-vous que le processus d’apprentissage est un cycle en quatre étapes (un peu comme le PDCA  😉  ) ?

Ce cycle d’apprentissage  nous le faisons “tourner” en permanence tout au long de notre vie …

 

 

Les 4 étapes du cycle d’apprentissage

 

 

Un petit dessin valant mille mots …

 

 

Les quatre phases de l’apprentissage sont donc :

 

Phase 1 : Je ne sais pas que je ne sais pas

Phase 2 : Je sais que je ne sais pas

Phase 3 : Je sais que je sais

Phase 4 : Je ne sais pas que je sais

 

 

Je ne sais pas que je ne sais pas

 

“Heureux les innocents !” Loin de moi l’idée de faire référence à un quelconque texte biblique, c’est le principe même d’ignorance qui nous rend heureux.

 

Un peu con, certes, … mais heureux !

 

En effet plus votre “univers” est petit, étroit, restreint, plus vous vous contentez de ce que vous avez.

En un mot, …

 

on ne manque pas de ce que l’on ne connait pas !

 

Et si rien ne vous manque, alors pourquoi bouger, pourquoi changer ?

 

 

Je sais que je ne sais pas

 

La prise de conscience a eu lieu. Il nous manque quelque chose. Maintenant, nous le savons.

 

La plupart du temps, cette prise de conscience est due à un contact avec des éléments nouveaux et extérieurs à notre univers.

On réalise alors, qu’il nous faut apprendre des choses, qu’il nous faut nous poser des questions et souvent y apporter des réponses.

 

Dès lors, nous allons pouvoir commencer à échafauder des hypothèses, des plans pour acquérir ce savoir, ce savoir-faire et même parfois, ce savoir-être.

C’est l’ère du mouvement. On bouge, on change, on travaille à changer

 

 

Je sais que je sais

 

Cette troisième phase est celle de l’aboutissement. Nous avons changé, nous avons progressé et nous le savons.

 

Bien entendu, cette phase n’est souvent que le prolongement de la précédente. Je m’explique.

Tout jeune conducteur qui reçoit son permis de conduire est officiellement reconnu comme “sachant conduire”. Le papier rose l’atteste. Mais nous savons tous (lui le premier) qu’il ne sait pas vraiment conduire. Il sait suffisamment maitriser son véhicule pour ne pas être un danger ni gêner les autres acteurs de la rue (automobilistes, piétons, cycliste, etc.).

Il faudra quelques mois, quelques années pour qu’il sache vraiment conduire …

 

 

Je ne sais pas que je sais

 

Autant les trois autres étapes sont assez explicites, autant celle-ci paraît être bien … mystérieuse. C’est d’ailleurs, selon moi, la plus intéressante.

Puisque le libellé de cette phase commence par “Je ne sais pas”, c’est qu’il fait référence à quelque chose d’inconscient.

 

C’est souvent ce que j’appelle “le second effet Kiss Cool”. Ou comment “1 + 1 = 3” …

 

En effet, chaque fois que nous apprenons quelque chose, nous apprenons plus que cette unique chose.

 

Un exemple est toujours plus parlant qu’une longue explication …

Vous décidez d’apprendre l’anglais. Vous prenez des cours et vous apprenez effectivement à parler et écrire anglais. Mais vous découvrez aussi d’autres cultures, d’autres façons de vivre, d’autres façons de manger, de raisonner, d’agir, etc., etc. Vous découvrez aussi un autre humour (so british que j’adore  😉    ) …

Bref en partant d’une “simple” lacune en anglais, vous accédez à un autre “univers” qui viendra compléter le vôtre.

Par ailleurs, il est formellement reconnu que l’apprentissage d’une langue étrangère facilite grandement l’apprentissage d’une seconde langue étrangère, puis d’une troisième. Pourquoi ? Parce qu’en apprenant une langue qui n’est pas la vôtre, vous faites faire une “gymnastique” à votre cerveau et à vos neurones qui vous servira grandement pour apprendre une autre langue étrangère.

 

Cette quatrième phase de l’apprentissage est aussi celle des “potentiels cachés”.

Potentiels cachés à nos yeux, mais potentiels que voient nos “maitres”. Prenez le mot “maitres”, au sens de personnes plus matures, souvent plus âgées, qui nous entourent et qui voient en nous des potentiels cachés que nous possédons, mais dont nous ne sommes pas encore conscients.

 

Ces “maitres” sont souvent des mentors (des chefs au boulot, des professeurs à l’école, des entraineurs au sport, des amis de la vie perso.) qui vont nous pousser avec bienveillance pour révéler ces talents qui sont en nous.

 

 

Ce qu’il faut retenir

 

La connaissance est infinie !

 

Plus j’apprends, plus je prends conscience que je ne sais rien.

Plus je prends conscience que je ne sais rien, plus je me sens “petit”. Cela vous pousse inéluctablement vers plus d’humilité.

Et plus je suis humble, …

 

…  plus je deviens apte à apprendre !!!

 

 

 

 

Et vous, aimez-vous apprendre ?

 

 

 

 

 

BONNES VACANCES À TOUS !!!!

 

 

 

 

 

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *