Le révélateur

L’instant magique

 

revelation-photo

 

Comme le chantait poétiquement Aznavour :

“Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître …”

 

… le temps de la photographie argentique.

 

 

C’était avant l’ère du numérique.

Oh, bien sûr la photo argentique avait beaucoup de gros défauts. À ce sujet, je vous incite à relire mon article sur la photo argentique dans la rubrique “Lean/pas Lean”.

Néanmoins, parmi tous ces défauts, émergeait quelque chose qui n’existe plus avec le numérique. Il s’agissait de l’instant magique

 

… l’épreuve du révélateur !

 

Cet instant si particulier, où seul dans votre labo photo, vous découvriez votre œuvre sur format papier.

Joie de votre “chef d’œuvre” ou déception de votre “ratage”, mais toujours un instant empli d’émotion.

Tout photographe amateur qui développait ses propres photos a connu ces instants. La pellicule et les produits étaient chers (surtout pour un débutant). Il fallait prendre son temps, il fallait s’appliquer et mettre toutes les chances de son côté pour être sûr de ne pas rater son cliché… Tout un univers de passion …

 

Eh bien, le Lean a aussi son “révélateur” !

 

 

Le révélateur du Lean

 

 

Oh je vous entends d’ici ! Vous vous dites : “Mais qu’est-ce qu’il va encore nous inventer ?”

Rassurez-vous, sur ce coup-là, je n’invente rien, je constate !

Le révélateur du Lean, vous le connaissez déjà probablement. Vous l’utilisez peut-être même au sein de votre entreprise.

 

Ce révélateur magique n’est ni plus ni moins que …

 

… le 5S

 

5s_image

Je rappelle, pour d’éventuels néophytes qui liraient cet article, que l’outil 5S est généralement présenté comme une méthode pour garder un environnement de travail propre et rangé (voir l’article les 5S).

Mais par delà le rangement et le nettoyage, je vois surtout dans cette méthode un apprentissage de la rigueur, de l’exigence et surtout un apprentissage du management. Voici pourquoi il peut être intéressant de démarrer une démarche Lean par la mise en œuvre des 5S.

 

 

Explications

 

Pour accompagner certaines boites dans la mise en place de leur 5S, mais aussi lors de visite, je réalise à quel point les 5S sont révélateurs du degré de maturité du “management”.

Là où les 5S tiennent, progressent et sont vécus au quotidien, c’est le signe que :

  • le manageur a suffisamment de maturité pour comprendre qu’il n’avait pas à choisir entre “produire” d’un côté et appliquer les 5S d’un autre. Il sait qu’il doit “produire dans un environnement 5S
  • le manageur ne voit pas les 5S comme une corvée, mais comme un outil qui lui permettra de tirer le meilleur de son équipe tant en qualité de travail qu’en productivité tout en respectant la sécurité et les conditions de travail de ses gars
  • le manageur a su faire preuve de pédagogie après de son équipe en expliquant, mais aussi en montrant l’exemple et en étant exigeant et rigoureux dans l’application des 5S
  • le manageur trouve normal de bosser dans un environnement de travail propre et rangé. Il est même assez fier de le présenter lors des visites de l’entreprise par ses clients
  • le manageur est pleinement responsable, son autorité et sa légitimité sont reconnues et acceptées par son équipe comme par ses supérieurs hiérarchiques

 

En un mot comme en cent …

 

le degré de respect des 5S dans une zone est révélateur

d’un niveau de maturité nécessaire aux principes du Lean !

 

 

Anecdote de terrain

chaudronnerie

Il y a quelques mois, lors d’une Gemba Walk dans une tôlerie chaudronnerie, le patron nous raconte qu’il a été contacté par “le Toyota de Valenciennes”.

Son contact souhaite visiter l’usine et un rendez-vous est pris.

Or deux jours avant le rendez-vous, l’interlocuteur rappelle notre patron pour lui spécifier qu’il viendra accompagné de “deux Japonais qui viendront voir vos 5S”

Le patron nous explique qu’à l’énoncé de cette nouvelle il a changé de couleur … et a réuni son équipe pour organiser une grande journée “rangement” avant la visite des Toyota.

 

 

Ce qu’il faut retenir

 

Comme pour l’ensemble du Lean, les 5S sont simples à comprendre, mais plus difficiles à mettre en œuvre et à maintenir qu’il n’y paraît.

C’est pour cela que les “Toyota” viennent observer et juger les 5S chez leurs fournisseurs ou potentiels fournisseurs.

Ils ne le disent pas forcément de manière aussi explicite, mais l’idée qui prévaut est :

 

“Si la chaîne managériale de votre entreprise n’est pas capable

de faire respecter quelque chose d’aussi simple que la propreté

et le rangement, alors comment pourrez-vous avoir la rigueur

nécessaire pour devenir un de nos fournisseurs ?”

 

 

Les 5S permettent d’estimer de façon assez réaliste le niveau

de maturité du management d’une organisation

 

 

 

 

 

Et vous, dans votre boite, où en sont les 5S ???

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *